Démarches administratives (création d’une micro-crèche)

Comment ouvrir une micro-crèche ? – Comprendre les budgets

Vous allez vite vous en rendre compte lors des démarches d’ouverture de votre future micro, il y a un sujet qui revient très souvent et qui vous pose aussi sûrement pas mal de questions, il s’agit des budgets ! Et oui, parce que même si votre projet repose sur des valeurs comme offrir aux enfants un lieu d’accueil épanouissant, être à l’écoute des demandes des parents et respecter leurs choix éducatifs ou encore enfin trouver un lieu de travail qui soit en lien avec vos valeurs professionnelles… Soyons honnêtes, nous parlons de votre futur travail, donc il va bien falloir aborder la question du financier (à moins que vous acceptiez d’être bénévole mais dans ce cas rejoindre une association sera bien plus facile pour vous !).

Donc les budgets c’est la grosse question sur laquelle vous ne pouvez pas faire l’impasse, car ils vont vous permettre par exemple de fixer votre tarif horaire, mais également de savoir combien vous allez pouvoir payer vos salariés (utile quand la question se pose en entretien de recrutement !) mais aussi de combien vous allez avoir besoin pour concrétiser votre rêve ? Et combien de rentrée d’argent minimale nécessitera votre crèche chaque mois ! La banque vous demandera un budget très détaillé afin de savoir si elle a envie de prendre le risque de vous accompagner dans l’aventure ou non.

Il faut différencier deux types de budget. Tout d’abord le budget d’investissement, c’est celui dont vous aurez besoin pour ouvrir. Il est composé de tous les achats qui sont indispensables à l’ouverture de votre micro donc le matériel de puériculture, les meubles, l’électroménager, peut-être que votre location demande un « pas de porte ». Vous pouvez en trouver des modèles sur internet. Sans ce sésame, pas de financement, et de toute façon c’est une pièce indispensable pour votre dossier de demande d’agrément car la CAF a également besoin de ce document pour estimer vos droits à la subvention à l’investissement, un coup de pouce dont il serait dommage de se priver. Mais sachez également que si cette aide vous est octroyée, elle le sera en remboursement des dépenses que vous avez déjà effectuées, donc il faudra tout de même avancer les fonds. Vous pouvez faire appel à une connaissance qui est calé en comptabilité pour le réaliser, ou bien vous aider avec des tutos et des trames que vous trouverez sur internet si vous êtes à l’aise. Encore une fois, inutile de prendre le modèle d’un autre porteur de projet, cela ne ferait pas sens du tout et ne serait pas cohérent. Peut-être qu’ils fournissent le linge de lit alors que vous souhaiterez que les parents le fournissent. Peut-être qu’ils fourniront le goûter alors que vous non. Tout est si détaillé dans ce budget comme par exemple la partie des travaux, que vous ne pouvez vraiment pas le réaliser approximativement, sous peine qu’il soit jugé « amateur » auprès des banques et qu’elles ne vous suivent pas. Elles ont besoin d’être sûres que non seulement votre micro rentrera assez d’argent pour rembourser le crédit et payer les charges, mais sachez que c’est aussi votre personne qui est jugée lors de ces rendez-vous. Le conseiller que vous avez en face de vous (ce sont souvent les directeurs d’agence qui s’occupe de ce genre de dossier d’ailleurs) va essayer de savoir si oui ou non vous ferez un bon chef d’entreprise, si oui ou non vous êtes sérieux et vous serez en mesure de réaliser avec professionnalisme toutes les tâches à hautes responsabilités qui vous incomberont. Que vous soyez l’assistante maternelle de l’année ou le boulanger du village d’à côté, à vrai dire ce n’est pas le plus important pour lui. Donc, donnez-lui des documents fiables, précis, qui ont été rédigés avec l’appui de personnes professionnels dans ce domaine, autrement votre image de sérieux s’envolera aussi vite que votre accord de prêt !

Le budget de fonctionnement quant à lui est celui du quotidien, celui qui liste les dépenses et les recettes sur un mois. Vous y trouverez par exemple les salaires, les charges sur ceux-ci, le montant du crédit, le montant du loyer de votre local, et en recettes vous y trouverez : les facturations des familles et éventuellement les aides de la CAF selon le fonctionnement que vous choisirez. C’est pour cela qu’il est très important de réfléchir à son tarif et surtout de s’assurer que celui-ci sera suffisant pour vous permettre de payer toutes les charges. À cela se rajoute une petite difficulté : estimer votre taux de remplissage à l’ouverture, puis à échéance régulière jusqu’à ce que votre micro soit sur son « rythme de croisière » qu’il faudra également estimer et chiffrer concrètement. Si vous pensez que la première année vous allez avoir l’équivalent de 5 contrats à temps plein (sur 10 maximum facturables), il faudra établir votre budget de fonctionnement sur cette base en tous cas la première année. En calculant votre point d’équilibre, vous pourrez savoir à partir de quand votre crèche est bénéficiaire et de combien : il s’agira en partie de votre salaire brut (il faut penser à en déduire les charges).

Une micro-crèche, est-ce que c’est rentable ?

J’ai envie de vous dire regardez autour de vous toutes les micros existantes ou en projet… Pensez-vous vraiment que tous se seraient lancés dans cette aventure hors norme pour ne rien gagner ? Certains gestionnaires ont 2, 3, 10 micro-crèches. Cela signifie 10 fois plus de responsabilités et de travail… Loin de l’hypocrisie que vous allez retrouver en échangeant avec des gestionnaires ou même sur des pages facebooks dédiées, j’ai juste envie de vous dire la vérité : BIEN SÛR QU’UNE MICRO-CRECHE EST RENTABLE ! Est- ce que vous aurez un salaire chaque mois ? Sera-t-il toujours identique ? À Combien s’élèvera-t-il ? Tout dépendra de vos choix. Est-ce que vous serez en association, EURL, ou portage salarial ? Est-ce que vous serez seul décisionnaire ou vous aurez des associés ? Quelles seront vos priorités en matière de gestion ? Par exemple vous pouvez très bien décider d’octroyer une prime à vos salariées de temps en temps, ou bien vous décidez de garder cet argent pour des projets (rénovation, renouvellement de matériel), ou bien enfin, vous gardez tout pour vous. En tous les cas, il faut se le dire et arrêtez ce « voilage de face » à la française, gagner de l’argent en ouvrant une micro-crèche n’est pas illégal, ce n’est même pas contre une quelconque éthique, c’est juste normal ! Lorsque vous étiez salariés vous touchiez un salaire chaque mois pour le travail fourni, non ? Peut-être même que vous étiez déjà dans le social et cela n’avait rien de choquant. La situation n’est absolument pas différente… Vous allez entendre des propos très sympas du style « tu es en train de me dire que tu vas te faire de l’argent sur le dos des enfants/familles ? » ou encore « et bé, avec ce que paie les familles par mois tu vas bien gagner ta vie ! » Alors face à ce genre de remarques, je n’ai qu’un conseil : le sourire exagéré et hypocrite et on change de sujet. N’écoutez pas tout ça, même si cela vient de personnes qui sont censées refléter les organismes institutionnels (PMI, CAF). Sachez déjà que la PMI n’a absolument rien à dire sur votre budget. Cela ne relève pas de ses compétences. Quant à la CAF, les aides sont des mesures nationales pour promouvoir la création de places en crèche qui font cruellement défaut. Ces subventions ne sont pas « offertes » par votre interlocuteur. En tous les cas, ne soyez pas impressionnés et ne soyez jamais honteux de gagner l’argent que vous gagnez avec votre activité, car ce que vous ne savez pas encore, c’est que votre salaire sera largement mérité aux vues du temps de travail que vous allez fournir, au vue des compétences dans des domaines très variées que cela nécessite, et aussi bien sûr au vue des risques et des soucis que cela peut engendrer dans votre espace mental, dans votre vie de famille ! Il en sera terminé des semaines de 35h et vous allez travailler énormément, même chez vous, même peut-être les week-ends et durant les périodes de fermeture également. Vous méritez ce salaire, vous ne volez l’argent à personne et en plus, vous rendez un grand service en permettant aux parents qui souhaitent reprendre leur activité de le faire, l’esprit tranquille sur le bien-être de leur enfant et en leur donnant le choix du mode de garde. C’est un luxe de nos jours et c’est une très belle initiative que de vouloir vouer beaucoup de votre temps au bien-être des enfants et de leurs familles, à l’accomplissement professionnel des salariés que vous aurez sous votre responsabilité. Il est très important de bien gardez cette phrase en tête, ne vous laissez pas avoir par le rôle de « l’imposteur », si vous êtes à cette place, c’est que vous avez réussi là où beaucoup d’autres ont échoués, et c’est aussi parce que vos compétences et vos qualités vous ont permis d’y arriver ! Vous avez la responsabilité de 10 petits êtres chaque jour, 8 ou 10 heures par jour, je pense que votre salaire quel qu’il soit est totalement mérité.


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *