Démarches administratives (création d’une micro-crèche)

Comment ouvrir une micro-crèche ? – L’équipe encadrante : qualifications, expériences et missions

La micro-crèche a de particulier sa taille mais également les professionnelles qui peuvent y travailler. En crèche il y a des professionnels « fraîchement diplômés », en micro-crèche le recrutement de ces profils n’est pas envisageable. Nous allons faire le tour des critères pour le recrutement de votre future équipe. Sachez que c’est à vous de vérifier que vos salariés répondent aux exigences de diplôme et d’expérience du décret. Il ne faut donc pas hésiter à demander les photocopies des justificatifs bien entendu, mais également à appeler les anciens employeurs pour s’assurer des périodes effectivement travaillées (avec l’autorisation du candidat obligatoirement). Prenons l’exemple d’une professionnelle titulaire d’un CAP petite enfance, elle peut tout à fait vous apporter un certificat de travail qui notifie qu’elle y a été employée de Novembre 2012 à Décembre 2015. Donc elle possède bien deux ans d’expérience, mais si elle a été en congé maternité puis parental sur une durée totale de deux ans… Il ne lui reste plus qu’une année d’expérience « réelle ».

Le gestionnaire

Vous l’avez lu dans mes précédents articles, il n’y a aucune obligation à ce qu’il soit diplômé de la petite enfance ou en est une quelconque expérience. À noter tout de même que s’il est étranger à cet univers, il devra s’entourer d’un « référent technique ». Dans certains cas l’embauche d’un référent technique vous sera imposé même si vous êtes diplômé de la petite enfance, et peu importe votre diplôme. Selon les PMI dont vous dépendez, sans diplôme, vous pourrez exceptionnellement participer à l’accueil des enfants mais sans compter dans le taux d’encadrement (donc en renfort, et en aucun cas à la place d’un salarié diplômé). Parfois les règles sont plus strictes et vous n’avez aucunement le droit de vous occuper des enfants que vous accueillez. Enfin, dans d’autres cas vous y êtes autorisés pour pallier un cas d’urgence, par exemple un professionnel malade pour qui vous n’avez pas de remplaçant.

Le référent technique (RT)

C’est le professionnel qui aura un rôle comparable à l’EJE en crèche (titulaire du diplôme d’état d’Éducateur de Jeunes Enfants). C’est le « pont » entre vous, le gestionnaire, et l’équipe. C’est un peu comme un « directeur adjoint » ou une « continuité de direction ». Si vous n’êtes pas du domaine de la petite enfance c’est également lui qui sera responsable de la mise en place et du respect du projet éducatif, du suivi des protocoles. Si vous êtes étranger à la petite enfance, c’est « l’expert » en pédagogie dans votre micro. C’est donc en collaboration avec lui que vous pourrez travailler tous les points qui ont un rapport avec l’éducatif, le bien-être, l’organisation, l’aménagement etc. Selon vos souhaits vous pouvez lui confier l’animation des réunions et l’organisation d’évènements par exemple. Il vous faut trouver la perle rare, avec qui vous pourrez échanger sans être dans l’affrontement d’égo et qui sera également à votre écoute pour permettre de concilier vos choix et le fonctionnement de la micro. Vous devez avoir confiance en ce professionnel et en son investissement sans faille pour les enfants, et bien sûr en lien avec les valeurs de votre projet. C’est également lui qui portera une partie des responsabilités en votre absence.

Il peut être EJE avec 3 ans d’expérience dans l’encadrement ou la direction, médecin, ou puéricultrice justifiant de 3 ans d’expériences

Si vous ne trouvez pas de candidat qui répondent à ces critères de diplôme et d’expérience (vous devez apporter la preuve de vos recherches infructueuses), la PMI peut vous accorder une dérogation. Le référent technique pourra être sage-femme,  infirmier, assistant de service social (assistante sociale), éducateur spécialisé, conseillère en économie sociale et familiale, psychomotricien, titulaire d’un DESS, d’un master 2 de psychologie justifiant de trois ans d’expérience comme    directeur, directeur adjoint ou responsable technique d’un établissement d’accueil d’enfants de moins de 6 ans ou de trois ans d’expérience auprès de jeunes enfants. Personnellement ma dérogation a été refusée pour une éducatrice spécialisée qui avait plus de trois ans d’expérience auprès de jeunes enfants donc il n’y a aucune obligation pour la PMI à accepter votre demande de dérogation.

Le référent technique doit être présent dans la structure au minimum 7h par semaine. Sachez qu’en la matière encore une fois votre PMI peut vous imposer qu’il soit présent sur un volume horaire plus important. Il peut également décider de la répartition de son temps de travail (en journée ou demi-journées) et des missions qui lui incomberont sur son temps de présence : uniquement administratif, auprès des enfants ou les deux. 

Que vous connaissiez l’univers de la petite enfance ou pas, avant de commencer le recrutement de votre référent technique attelez-vous à répartir les missions entre lui et vous. Il est très important que la visibilité du poste que vous lui offrez soit clair car son rôle est particulier mais très important et parfois ambigu.

Une assistante maternelle

Rappelons que l’assistante maternelle exerce à son domicile, et a la charge d’un nombre variable d’enfants selon l’agrément obtenu de la PMI. Elle a une formation obligatoire minimale de 120h qui est assurée dans le cadre de son agrément. Elle peut travailler en crèche si elle justifie de 5 ans d’expérience en tant qu’assistante maternelle. 

CAP petite enfance et auxiliaire de puériculture diplômés

La formation de CAP petite enfance (nouvellement nommé CAP accompagnant éducatif petite enfance) est ouverte aux élèves de plus de 16 ans, qui ont validé leur classe de 3ème. Elle peut se dérouler par correspondance ou en présentiel sur deux ans et mêle stage et cours théorique. Elle est sanctionnée par le diplôme.

Il peut être recruté s’il bénéficie de 2 ans d’expérience en EAJE (établissements d’accueil du jeune enfant).

L’auxiliaire de puériculture a une formation plutôt médicale et para-médicale, même si quelques bases de l’éducatif sont transmises durant la formation. L’entrée à l’école se fait sur concours, puis 10 mois d’études sont nécessaires pour ensuite passer le diplôme d’état.

Les assistantes maternelles, les CAP petite enfance et les auxiliaires seront l’équipe « encadrante ». Ce n’est pas un très joli terme mais c’est le terme dédié, c’est l’équipe qui est auprès des enfants. Ce sont donc ces professionnels qui, au quotidien, auront pour mission de veiller au bien-être, à l’hygiène, à la sécurité, à l’épanouissement des enfants que vous accueillerez. Elles auront également un rôle de communication auprès des familles.

Médecin de crèche et infirmier

Fort heureusement, en micro-crèche ce poste n’est pas exigé (oui, parce que sinon vos dépenses en salaire seraient énormes !). C’est le médecin de famille de l’enfant qui joue le rôle du médecin de crèche afin de délivrer le certificat d’aptitude à la vie en collectivité, c’est également lui qui assure le suivi des vaccinations obligatoires. Pour autant, il ne vous est pas interdit de demander régulièrement les photocopies du carnet de vaccinations de chaque enfant afin de vous assurer que tous les enfants ont reçus les vaccins obligatoires. Non seulement ce n’est pas interdit, mais rappelez-vous bien que cette obligation et sa vérification est de votre responsabilité. C’est la loi, aucun enfant ne peut entrer en collectivité s’il n’a pas ses vaccins obligatoires. Si la famille ne peut les présenter pour des raisons de contre-indications médicales, elle devra vous transmettre un justificatif réalisé par une personne compétente (médecin ou pédiatre) et ce document doit également indiquer la durée de la contre-indication ou dans le cas échéant la date prévue pour la ou les prochaines vaccinations.

À noter que les salariées de votre crèche également doivent pouvoir vous fournir la preuve des vaccinations obligatoires pour travailler en crèche à savoir : DT Polio, Hépatite B. Elles sont obligatoires pour toute personne travaillant en crèche. D’autres sont seulement recommandées, c’est le cas du BCG qui n’est plus obligatoire depuis 2010 (par contre, un test tuberculinique doit obligatoirement être pratiqué juste avant la prise de poste) de la coqueluche, l’hépatite   A, le ROR, la varicelle (après sérologie négative) ou encore la grippe saisonnière. Vous n’êtes pas en mesure d’obliger un salarié à se faire vacciner pour des injections recommandées.

Comment recruter les « bons » profils ?

J’ai mis « bons » entre guillemets car pour moi il n’y a pas vraiment de bons ou de mauvais profils. De mon expérience de recruteuse pour la petite enfance, je dirais qu’il y a des profils qui vont vous correspondre et d’autres pas. Pour y voir plus clair au fil des entretiens de recrutement, je vous conseille dejà de poser sur le papier les caractéristiques indispensables que vous recherchez pour tel ou tel poste. Par exemple, est-ce que vous avez besoin que votre auxiliaire de puériculture excelle en matière de santé, soins et hygiène ? Ou bien vous avez déjà ces compétences et vous souhaiteriez quelqu’un qui est plutôt créatif ? Est-ce que vous vous sentez assez à l’aise pour « former » certains membres de l’équipe (vous ou votre RT) ou souhaitez-vous quelqu’un qui corresponde de suite à ce que vous recherchez et qui soit immédiatement opérationnel ? À vous de bien réfléchir à vos critères pour réussir au mieux votre recrutement ! Vous aurez de toute façon toute la période d’essai pour observer et accompagner votre nouveau collaborateur !


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *