Démarches administratives (création d’une micro-crèche)

Comment ouvrir une micro-crèche ? – Préparer l’inclusion

Comment préparer l’inclusion en structure petite enfance ?

Depuis que la loi 2005-102 pour l’égalité des droits et des chances a été adoptée, « l’action poursuivie vise à assurer l’accès de l’enfant, de l’adolescent ou de l’adulte handicapé aux institutions ouvertes à l’ensemble de la population, et son maintien dans un cadre ordinaire de scolarité, de travail et de vie ». Cela signifie que tout enfant, quelle que soit sa situation de santé, qu’il soit porteur d’un handicap ou non, doit pouvoir être accueilli dans la structure de son choix.

Sur le papier, c’est assez simple. Mais qu’en est-il pour les personnes qui n’ont jamais été en contact avec des enfants porteurs de handicap ou de maladie ? La rencontre avec un enfant porteur de handicap, quand elle est inédite et totalement nouvelle pour le professionnel, peut faire peur : peur de mal faire, ou encore peur de ne pas savoir comment accueillir ces enfants, ainsi que leurs parents. Ces questionnements sont tout à fait normaux, ils sont même plutôt sains, et permettent de préparer un accueil où chacun trouvera sa place.

Tout d’abord il est important de garder à l’esprit que l’on accueille d’abord des enfants, quelles que soient leurs capacités physiques, intellectuelles, relationnelles. Les compétences professionnelles et humaines seront utiles à chacun pour voir en chaque enfant ce dont il est capable, ce dont il a besoin, et ce qui pourra être fait pour qu’il se sente à sa place parmi les autres. Pour se lancer dans cette aventure enrichissante, il y a des étapes essentielles à connaître.

Lire la suite « Comment ouvrir une micro-crèche ? – Préparer l’inclusion »
Témoignages - Violences en collectivités

Humiliée en cours de soutien | Témoignage – Violences à l’école

Voici le témoignage d’une jeune fille qui a aujourd’hui presque 18 ans.

« A l’époque, j’étais en cinquième.
On m’avait mis en cours de soutien en français. Je me demandais bien pourquoi, j’étais sure de ne pas en avoir besoin, je me trouvais plutôt douée en orthographe, en dictée, etc…
Pendant l’étude ou mon temps libre je dessinais souvent sur les feuilles de mon classeur, pour exprimer ce que je ressentais sur l’instant. 
Puis les premiers cours de soutien sont arrivés, j’étais avec une grande copine, alors je pensais que tout se passerait bien…
Un jour lors d’un exercice, la professeur nous a demandé de prendre une feuille, j’ai commencé à en chercher une dans mon classeur mais la plupart étaient couvertes de dessins et de choses qui n’avaient aucun rapport avec les cours. La prof passait dans notre rang au moment où je demandais une feuille à ma voisine et grande amie.

Lire la suite « Humiliée en cours de soutien | Témoignage – Violences à l’école »
Posture respectueuse (école alternative sans violence)

Compétence émotionnelle : la solution aux VEO à l’école ?

Pour une définition des VEO, reportez-vous au premier article de cette catégorie : La VÉO : qu’est ce que c’est ?

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Une émotion n’est pas quelque chose de négatif. Elle doit être entendue comme un baromètre de notre vie psychique, de nos affects. Si elle est négative, elle doit être perçue comme un signal d’alarme, et amener la personne qui la vit à s’interroger sur ses origines. Une émotion doit absolument être prise au sérieux lorsqu’elle met en danger l’intégrité physique et psychologique d’un individu.

Les développements des neurosciences nous permettent de constater à quel point les émotions sont centrales dans nos vies : nous sommes véritablement nos émotions.

D’après Antonio Damasio, spécialiste du cerveau émotionnel, nos émotions nous affectent dans notre totalité : on ne perçoit le monde qu’à travers notre propre prisme, qui est lui-même modelé par nos émotions. Celles-ci affectent donc notre perception, et par conséquent nos choix, nos décisions, nos interprétations, etc. De fait, la façon dont nous réagissons à une situation donnée nous est propre : une autre personne, façonnée par ses émotions à elle, réagira différemment à la même situation.

Dans cette optique, il apparaît essentiel de considérer l’aspect émotionnel dans un domaine qui tient lui aussi une part très importante de nos vies : l’apprentissage.

Par définition, parce qu’ils ont un cerveau en plein développement et encore immature (jusqu’à 25 ans environ, d’après les dernières études), les enfants ont besoin d’être accompagnés dans la gestion de leurs émotions – un domaine où bien des adultes ont aussi des progrès à faire. On parle alors de « compétence » ou d’ « intelligence émotionnelle ».

Qu’est-ce que la compétence (ou intelligence) émotionnelle ?

C’est la capacité individuelle à :

  • identifier les émotions (et à les sentir arriver/monter, en soi mais aussi chez nos interlocuteurs)
  • comprendre les émotions
  • savoir les exprimer

La première chose à faire est donc d’apprendre à connaître et reconnaître les émotions, et savoir les nommer. De nombreux ouvrages existent, ainsi que divers supports disponibles gratuitement sur Google, adaptés selon les âges, comme par exemple une roue ou une échelle des émotions.

Lire la suite « Compétence émotionnelle : la solution aux VEO à l’école ? »
Témoignages - Violences en collectivités

Victime, à 3 ans | Témoignage – Violences à l’école

Témoignage d’une maman dont le fils est entré en septembre 2018 en petite section. Il n’allait en classe que le matin à l’époque, et était très heureux d’y aller, nous dit la maman.

Mais la situation s’est très vite dégradée, avec des pleurs dès la première semaine, l’enfant parlant de punitions qu’il dit recevoir car il a trop la « bougeotte » – rappelons qu’il n’a alors que 3 ans …

Malgré tout, l’enfant s’accroche et commence finalement à y aller aussi les après-midis, jusqu’au jour où, de retour de l’école, les pleurs sont associés à des douleurs dans le bas-ventre. Interrogé par ses parents, l’enfant révèle avoir été attaché par d’autres enfants de sa classe, et déclare avoir subi quelques attouchements.

Lire la suite « Victime, à 3 ans | Témoignage – Violences à l’école »
Posture respectueuse (école alternative sans violence)

Marshall Rosenberg et l’utilisation de la CNV en classe

Qu’est-ce que la CNV ?

Il s’agit d’une méthode de Communication Non-Violente (CNV) visant à améliorer les relations entre les êtres humains, créée par Marshall Rosenberg, psychologue américain décédé en 2015.

Sa méthode, très prisée et mondialement acclamée, a fait ses preuves aussi bien dans le cercle restreint de couples ou de familles, que dans des structures collectives, allant des prisons aux écoles.

Son objectif était de nous rappeler ce qui fait la nature profonde des interactions humaines, et de nous aider à les vivre en en ayant pleinement conscience. Rosenberg nous invitait tous à reconsidérer la façon dont nous nous exprimons, ainsi que celle dont nous percevons et entendons l’autre.

Commencer par apprendre les émotions

Il est important, pour quiconque souhaite lancer cette démarche de CNV dans sa classe (mais c’est aussi vrai au niveau plus restreint de la famille, par exemple) que les enfants soient au préalable informés sur les différentes émotions qui existent (et peut-être les adultes aussi). Si cela peut sembler évident, ça n’en est pas moins une 1ère étape essentielle qui est loin d’aller de soi pour tout le monde. Pourtant, il est bien entendu que quiconque ne peut nommer une émotion, ne saura exprimer ce qu’il ressent correctement.

1ère Étape de la CNV – s’écouter soi-même

Rosenberg était persuadé que nos habitudes de langage quotidiennes nous empêchent de voir clairement notre responsabilité personnelle dans notre perception de ce que l’autre cherche à nous transmettre. Ces habitudes, ancrées en nous depuis des générations, nous incitent à étiqueter, catégoriser, porter des jugements sur l’autre. Rosenberg parlait alors de « communication aliénante […] un produit et un pilier des sociétés fondées sur des principes de hiérarchie et de domination ». Au contraire, Rosenberg invitait les gens à prendre conscience d’eux-mêmes, à pratiquer une forme d’écoute intérieure, en tant qu’individu et non pas en tant que personne soumise et donc effacée. « Lorsque nous sommes reliés à nos sentiments et besoins […] nous ne constituons plus des sujets dociles et soumis ».

Lire la suite « Marshall Rosenberg et l’utilisation de la CNV en classe »
Témoignages - Violences en collectivités

Harcelée même pendant le confinement | Témoignage – Violences à l’école

Pour ce témoignage, nous laissons la parole à la maman d’une collégienne, qui nous explique ce qu’a subi sa fille dès l’automne dernier, et qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, continue de subir pendant le confinement :

« En novembre, elle était avec une amie et deux autres filles de la classe.Elles étaient au niveau d’un préau à côté de l’école élémentaire. Les deux « copines » de classe ont écrit au marqueur sur un des murs. Une surveillante de cantine est sortie de l’école et a vu ma fille avec un marqueur dans les mains. Elle l’a « attrapée » en lui disant qu’elle prévenait la mairie du fait qu’elle avait écrit sur le mur.

Hors, ma fille n’a rien écrit du tout. Elle avait le marqueur car avec son amie, elles faisaient des dessins sur leurs mains (bon, c’est pas terrible mais elles le font souvent…). Son amie m’a bien confirmé que ma fille n’avait rien écrit du tout mais que c’était bien les deux autres. Seule ma fille a eu des « soucis » dans l’histoire. Cependant pour moi, c’était une affaire classée depuis longtemps.

Lire la suite « Harcelée même pendant le confinement | Témoignage – Violences à l’école »
Témoignages - Violences en collectivités

A 8 ans, il fugue de l’école | Témoignage – Violences à l’école

Fuguer par peur des conséquences

« J’avais huit ans, en CE2, et une fois toutes les deux semaines nous allions dans une autre école pendant une après-midi.

D’habitude, j’avais un maître, mais cet après-midi-là c’était une maîtresse. J’avais eu cette maîtresse l’année d’avant, tout s’était très bien passé : pas de peur, pas de problème, j’étais très à l’aise avec elle.

Mais un jour, je ne sais plus pourquoi, je me suis retrouvé avec des lignes à copier. 10, 20 ou 30, je ne sais plus. Étant donné que nous ne voyions cette maîtresse qu’une fois tous les 15 jours, je me suis dit que c’était possible qu’elle oublie ma punition, ou bien qu’elle soit absente.

Le plus dur, c’était qu’il fallait faire signer la punition par les parents. Et ça, c’était impossible pour moi. Donc, la première fois que j’ai revu cette maîtresse, j’ai fait genre : « ah oui, je l’ai fait mais je l’ai oubliée chez moi ». Je l’avais pas oubliée du tout la punition, je l’avais faite mais elle n’était pas signée …15 jours plus tard, je revois la maîtresse et lui rends finalement la punition, toujours pas signée.

J’ai continué comme ça, tous les 15 jours, avec une excuse de merde à chaque fois, et à chaque fois je me retrouvais avec le double de lignes à faire, c’est monté comme ça jusqu’à 500. Quand j’ai appris ça, j’étais paralysé à l’idée de devoir affronter mes parents. La fuite ou l’attaque, j’ai choisi la fuite.

15 jours plus tard, c’est le jour où on doit aller voir cette fameuse maîtresse. On finit notre matinée avec le maître puis on part en bus à la cantine. Le bus arrive à la cantine, on descend du bus, on mange, on va jouer dehors puis la sonnerie retentit indiquant la fin de la pause méridienne. C’est à ce moment que je mets mon plan en action. Je m’isole un tout petit peu du groupe pour me rapprocher des buissons et hop je me cache derrière et pfffiou je recule pour me retrouver derrière le bâtiment. J’entends le bus se remplir, le moteur démarrer, puis c’est le départ. Je fais le tour de la cantine, je passe par un endroit où le mur était cassé et je traverse un champ pour me retrouver sur la route entre le village voisin et le village où il y avait mon école.

J’ai marché ainsi avec mon cartable sur le dos pendant 8/10 kms, j’ai traversé 2 villages et puis je suis arrivé chez moi. Ce sont mes parents qui ont prévenu l’école que j’étais absent : personne d’autre n’avait remarqué mon absence.

Après cet épisode, ni mes parents, ni la maîtresse, ni le maître ne m’en ont jamais reparlé. Et j’ai jamais écrit les 500 lignes … »


~Témoignage anonyme, pour school.ityourself.


Vous aimeriez vous aussi apporter votre témoignage sur les violences en collectivité ? que vous soyez parent, enseignant, agent de collectivité, enfant, adolescent : contactez-nous.


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Témoignages - Violences en collectivités

Je me souviens… | Témoignage – Violences à l’école

Souvenirs de VEO en école primaire – ou comment créer des conditionnements

J’étais une enfant pleine de vie, je ne compte pas les heures passées à courir, seule ou accompagnée, avec un ballon, un bâton, en poussant des cailloux, partout, dans la cour de récré, en pleine campagne, en forêt, dans les petites ruelles de mon village d’à peine 400 habitants.

Forcément, à courir comme ça, des chutes il y en a eu. Mais je ne me souviens pas des chutes. Oh non. En revanche, je me souviens avec une clarté impressionnante, avoir été coincée dans le couloir d’entrée de la classe maternelle, avec cette Atsem. Son nom m’échappe, mais pas son visage, autoritaire et fermé, pas plus que ne m’échappe la dureté de son regard. Je revois encore sa main s’approcher de mon genou, avec ce coton imbibé (vous savez, ces bouts de coton hydrophyle qui laissent des filaments dans les plaies) et l’odeur du produit « qui piquait si fort », et qui vous faisait limite tourner de l’oeil. Je ressens encore mon impuissance, la certitude que ça allait faire bien plus mal que la chute elle-même, l’incompréhension totale, l’injustice de la soumission infantile.

Lire la suite « Je me souviens… | Témoignage – Violences à l’école »
Témoignages - Violences en collectivités

Dès la maternelle… | Témoignage – Violences à l’école

Nous avons déscolarisé nos enfants en mars 2016, après deux semaines de vacances de février passées à répéter, tous les jours et plusieurs fois par jour, « on ne veut pas y retourner ».

L’histoire commence par 2 enfants pleins de vie, heureux de découvrir un nouveau monde et de nouveaux visages, lors de la scolarisation en PS. A l’époque, je n’avais absolument aucune connaissance de nos droits en matière d’IEF – pour moi, l’école était vraiment obligatoire. Les enfants eux, y allaient en courant, et tambourinaient sur la porte d’entrée quand elle n’était pas ouverte à leur arrivée.

L’ombre a commencé à s’étendre sous la forme d’une histoire de clés. Mon fils a commencé à les avoir en horreur, il refusait qu’on ferme les portes, il hurlait quand on ne lui confiait pas la garde du trousseau – et il ne voulait plus mettre les pieds à l’école. La maîtresse et la directrice, interrogées, n’avaient aucune explication à fournir. J’ai profité de vacances pour rassurer mon fils autant que possible, sur nous, sur lui, sur mon Amour inconditionnel et ma présence pour le protéger. Et finalement, ça c’est tassé. Il recommençait à courir pour aller à l’école.

Puis un déménagement, pour une école plus petite, et en moyenne montagne. Avec des familles toutes issues de hameaux plus ou moins isolés. On s’est dit chouette, une école de campagne, ça va être génial.

Mais bien au contraire … Pour dresser un état des lieux rapide :

En MS (pour ma fille) :

  • Mises au coin répétées
  • Chaise du mauvais élève, en plein milieu de la classe
  • Cris permanents (l’instit, interrogé par mes soins, avoua avoir conscience d’être dépassé, et ne pas avoir d’autre solution)
  • Toilettes ouvertes dans le couloir d’entrée de l’école (vous aussi, vous avez du mal à y croire ?)
  • Violences quotidiennes entre enfants, absolument pas gérées par les adultes encadrant
  • Et, pour couronner le tout, attouchements sexuels par des garçons de MS sur des petites filles de PS, MS et GS (oui, vous avez bien lu), d’abord NIES par le personnel, puis décrits comme des faits sans gravité (« il faut bien qu’ils apprennent la vie », nous a-t-répondu)

En GS (pour mon fils) :

  • Imposition de temps d’APS
  • Imposition de classe verte (pour remplir les quotas, selon l’instit. Mon fils pleurait pour ne pas y aller, elle a utilisé tous les moyens possibles pour le soumettre – viens avec un doudou, viens avec des couches, tu dormiras avec les filles, tu dormiras avec les adultes, etc, etc)

Tout cela s’est soldé par un gros mal-être, des pleurs à n’en plus finir, et des supplications pour rester à la maison. Fort heureusement entre temps, j’avais fait des recherches sur le mal-être scolaire, et découvert que l’école n’est pas obligatoire, et que l’Instruction en Famille est un droit, pour tous.

Vous aimeriez vous aussi apporter votre témoignage sur les violences en collectivité ? que vous soyez parent, enseignant, agent de collectivité, enfant, adolescent – n’hésitez pas à nous contacter.


~Témoignage anonyme, pour school.ityourself.


Vous aimeriez vous aussi apporter votre témoignage sur les violences en collectivité ? que vous soyez parent, enseignant, agent de collectivité, enfant, adolescent : contactez-nous.


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Témoignages - Violences en collectivités

Négation des besoins physiologiques de l’enfant | Témoignage – Violences à l’école

Aujourd’hui nous vous partageons le témoignage d’une maman, qui raconte la déscolarisation de sa fille, en octobre dernier, après plusieurs années remplies de difficultés en milieu scolaire.

La maman rapporte que sa fille était heureuse d’aller en classe, jusqu’au CE2. Cette année-là, elle s’est retrouvée avec une instit proche de la retraite, assez « vieille école » et qui n’hésitait pas à distribuer des punitions sous forme notamment de lignes à recopier.

L’enfant commença par avoir des maux de ventre, sans raison médicale évidente. Elle reçut un traitement homéopathique et avait pour consigne de ne jamais se retenir ni d’attendre pour aller aux toilettes – y compris donc sur le temps scolaire. C’est là que ça a commencé à sérieusement coincer avec l’instit, qui n’admettait pas le caractère physiologique de la condition de l’enfant, mais au contraire mettait cela sur le compte de « caprices ». 

Cette réaction eut un effet très délétère sur l’enfant : d’autant plus angoissée et terrifiée par la réaction de l’instit, elle se mit à ne plus écouter ses besoins corporels. Elle termina son année scolaire passablement angoissée, et cette angoisse s’installa au point de devenir chronique. La maman rapporte que son enfant resta angoissée tout le temps de sa scolarité. 

A cette angoisse aberrante créée et alimentée par l’instit, vint s’ajouter en classe de CM2 le harcèlement par d’autres élèves – simplement dit la maman, parce que son enfant « ne rentrait pas dans le moule », mais se démarquait par son style, ses goûts, …

Les années de collège restèrent chaotiques, sous la houlette notamment d’un CPE très jugeant et culpabilisant. L’enfant commença à parler vraiment sérieusement d’IEF en année de 5ème :

Elle m’en avait parlé déjà bien avant, mais en 5ème elle était beaucoup plus déterminée. Elle l’évoquait assez régulièrement mais j’avoue que je n’y prêtais pas attention, pour moi c’était une envie de s’orienter vers une scolarité qui était plus facile à ses yeux. Je sais aujourd’hui que ce n’était pas du tout le cas, qu’elle était bien renseignée sur les difficultés que cela représente et l’assiduité que le travail à la maison demande. Elle a des amies sur les réseaux sociaux, dans le domaine des sports équestres notamment, qui suivent ce type de scolarité depuis des années car elles sont engagées à un haut niveau de compétition par exemple, mais elle avait également déjà effectué des recherches de son côté pour trouver une alternative avant de les rencontrer.

Lire la suite « Négation des besoins physiologiques de l’enfant | Témoignage – Violences à l’école »