Témoignages - Violences en collectivités

Humiliée en cours de soutien | Témoignage – Violences à l’école

Voici le témoignage d’une jeune fille qui a aujourd’hui presque 18 ans.

« A l’époque, j’étais en cinquième.
On m’avait mis en cours de soutien en français. Je me demandais bien pourquoi, j’étais sure de ne pas en avoir besoin, je me trouvais plutôt douée en orthographe, en dictée, etc…
Pendant l’étude ou mon temps libre je dessinais souvent sur les feuilles de mon classeur, pour exprimer ce que je ressentais sur l’instant. 
Puis les premiers cours de soutien sont arrivés, j’étais avec une grande copine, alors je pensais que tout se passerait bien…
Un jour lors d’un exercice, la professeur nous a demandé de prendre une feuille, j’ai commencé à en chercher une dans mon classeur mais la plupart étaient couvertes de dessins et de choses qui n’avaient aucun rapport avec les cours. La prof passait dans notre rang au moment où je demandais une feuille à ma voisine et grande amie.

Ayant entendue ma demande, la prof surgit entre mon amie et moi, et me dit d’une façon si horrible que je ne pourrais la décrire : « Pourquoi ? Vous n’en avez pas ? »
Puis elle a poussé mes mains qui était posées sur mon classeur, et elle a commencé à fouiller pour trouver des feuilles. Elle est tombée sur mes dessins : « Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça fait là-dedans ? Ton classeur c’est pas un brouillon ?! » m’a-t-elle hurlé, et pendant que tous les autres élèves me regardaient, elle arrachait mes feuilles une à une. 
J’ai commencé à pleurer quand elle m’a crié  » Ah non mais ça sert à rien hein ! Les larmes ça marche pas avec moi »
Elle retourna à son bureau les dessins à la main, les chiffonna, les déchira et jeta le tout à la corbeille. Ce fut l’un des moments les plus embarrassants de toute ma vie : tous les autres élèves me regardaient, certains avec dégoût, d’autres d’un air moqueur, d’autres encore avec pitié…

Les seules personnes au courant de cette histoire sont la professeur, les élèves de la classes de soutien et quelques autres élèves qui ont du entendre parler de l’histoire.
Quand j’y repense, je me dis que j’aurais aimé être plus forte, moins sensible et moins fragile afin de pouvoir me défendre… »


~Témoignage anonyme, pour school.ityourself.


Vous aimeriez vous aussi apporter votre témoignage sur les violences en collectivité ? que vous soyez parent, enseignant, agent de collectivité, enfant, adolescent : contactez-nous.


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *