Témoignages - Violences en collectivités

Je me souviens… | Témoignage – Violences à l’école

Souvenirs de VEO en école primaire – ou comment créer des conditionnements

J’étais une enfant pleine de vie, je ne compte pas les heures passées à courir, seule ou accompagnée, avec un ballon, un bâton, en poussant des cailloux, partout, dans la cour de récré, en pleine campagne, en forêt, dans les petites ruelles de mon village d’à peine 400 habitants.

Forcément, à courir comme ça, des chutes il y en a eu. Mais je ne me souviens pas des chutes. Oh non. En revanche, je me souviens avec une clarté impressionnante, avoir été coincée dans le couloir d’entrée de la classe maternelle, avec cette Atsem. Son nom m’échappe, mais pas son visage, autoritaire et fermé, pas plus que ne m’échappe la dureté de son regard. Je revois encore sa main s’approcher de mon genou, avec ce coton imbibé (vous savez, ces bouts de coton hydrophyle qui laissent des filaments dans les plaies) et l’odeur du produit « qui piquait si fort », et qui vous faisait limite tourner de l’oeil. Je ressens encore mon impuissance, la certitude que ça allait faire bien plus mal que la chute elle-même, l’incompréhension totale, l’injustice de la soumission infantile.

Pas une parole, pas un petit mot gentil, pas un soupçon d’explication sur le pourquoi de cet acte. Ce n’aurait pourtant pas été si dur, juste un petit quelque chose, un petit plus d’humanité, de compassion, qui aurait évité de laisser un souvenir cuisant. Qui aurait évité de me conditionner à éviter à tout prix à l’avenir les gestes de soin.


~Témoignage anonyme, pour school.ityourself.


Vous aimeriez vous aussi apporter votre témoignage sur les violences en collectivité ? que vous soyez parent, enseignant, agent de collectivité, enfant, adolescent : contactez-nous.

Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *