Pédagogies alternatives (Passées et actuelles ; autour du monde)

La pédagogie Decroly – élever les enfants « pour la Vie et par la Vie »

Jean-Ovide Decroly, visionnaire, pédagogue et psychologue belge, vécut de 1871 à 1932. Il travailla notamment avec des enfants handicapés mentaux à Bruxelles, ce qui l’aida beaucoup à cheminer dans sa réflexion. Il fonda à Bruxelles deux écoles expérimentales au début du 20ème siècle, basées sur ses principes qui visaient à répondre aux besoins biologiques et sociaux de l’enfant. Il existe aujourd’hui encore une École Decroly, située dans la banlieue de Bruxelles, qui reprend les éléments de sa pédagogie, et propose un accueil des enfants depuis la maternelle jusqu’au baccalauréat.

Decroly est souvent évoqué comme étant le père de la pédagogie expérimentale – c’est-à-dire tout simplement, que l’enfant apprend en expérimentant. Selon Decroly, comme selon bien d’autres après lui, l’enfant est un être social et pensant, avec des besoins qui lui sont propres. Ainsi, le rôle des adultes est de permettre aux enfants d’apprendre pour leur bien, c’est-à-dire pour leur assurer une vie future heureuse, tout en :

  • Respectant leurs besoins humains les plus profonds,
  • En leur permettant d’exprimer leur fabuleux potentiel (intrinsèque à leur condition d’enfant)
  • En prenant en compte leurs capacités individuelles, ainsi que leur personnalité et leurs centres d’intérêt.

Decroly est l’auteur de plusieurs ouvrages qui ont laissé des traces, notamment « L’initiation à l’activité intellectuelle et motrice par les jeux éducatifs ». Comme vous le découvrirez en lisant les principes fondamentaux sur lesquels repose sa pédagogie, ses idées ont été reprises et développées par de nombreux pédagogues au cours du 20ème siècle.

En effet, s’il était plutôt visionnaire en son temps, les principes que Decroly souhaitait voir adopter dans les écoles de son temps, et au profit des enfants, sont toujours justes et d’actualité. Vous allez voir que l’on retrouve aussi de nombreux éléments de cette pédagogie dans… les exigences du socle commun de l’Éducation nationale.

L’enfant est acteur de ses apprentissages

Il est primordial de mener les apprentissages en accord avec les intérêts de l’enfant. « Il faut mettre un intérêt à la base de tout ce que l’on donne à l’enfant. L’intérêt éveille l’attention » – JO Decroly. Selon lui, l’enfant apprend mieux en suivant 3 étapes successives, dans lesquelles il est directement et totalement impliqué :

  • L’observation, qui offre aux enfants une approche très concrète et réelle des objets, par la manipulation et l’expérimentation (une notion que l’on retrouve très présente chez Jean Piaget). Cela mène l’enfant à comparer, identifier, classer, situer, etc – autant de notions que l’on retrouve dans les exigences du socle commun.
  • L’association, qui permet à l’enfant de classer les objets en catégories par exemple, qui l’aide à structurer sa pensée, et développer des théories – là encore, on retrouve les exigences du socle commun.
  • L’expression, où l’enfant retranscrit le cheminement effectué dans son esprit, où il présente ce qu’il a constaté et appris – vous aurez deviné où, une fois de plus, on peut retrouver tout ça.

Dans ce même registre, il convient à l’adulte encadrant de laisser l’enfant libre de travailler en suivant ses propres centres d’intérêt.

L’enfant apprend en allant du concret vers l’abstrait

L’enfant apprend en observant la réalité qui l’entoure : la vie quotidienne de sa famille, la Nature, son environnement, la vie en société, en groupe, etc. Il utilise notamment ses cinq sens pour recueillir les informations qui se présentent à lui. Puis, en suivant le principe de l’apprentissage en trois temps, il repense les informations observées, les classifie, les répertorie, les analyse, puis les retranscris. Il apprend à formuler des idées, à exprimer son opinion.

On peut souligner ici, et regretter à quel point, il est dommageable que l’Éducation Nationale ait retenu dans les exigences du socle commun nombre des acquis engendrés par les théories de Decroly, reprises plus tard par Jean Piaget, Maria Montessori, et bien d’autres, sans toutefois permettre aux écoliers d’y arriver en utilisant les méthodes alternatives mais concrètes de manipulation, d’observation et d’expérimentation. L’EN n’a retenu que les résultats, pas les méthodes, et pas notamment le fait essentiel que l’adulte accompagnant l’enfant a l’entière responsabilité de lui proposer un environnement favorable à tout ce processus d’apprentissage, sans entraver l’enfant, en respectant son rythme, et sans émettre d’opinion ni de jugement.

L’enfant apprend partout.

La classe est partout : à la cuisine, au jardin, au champ, à la ferme, à l’atelier, à l’usine, à la carrière, au magasin, au musée, aux expositions, en excursion et en voyage.

JO. Decroly

L’enfant apprend le respect de la vie notamment à travers l’observation et, idéalement, la distribution de soins à des animaux quels qu’ils soient, ou bien à des végétaux (il peut, par exemple, tenir un petit jardin). Outre que l’intérêt de l’enfant est stimulé par son implication et son action, il est aussi valorisé et grandi par la responsabilité qu’il endosse. De plus, le contact avec la Nature lui permet de mémoriser de nombreuses informations, notamment en ce qui concerne l’évolution des espèces, les cycles de vie, des saisons, etc. Decroly favorise l’apprentissage basé sur la vie réelle, ainsi que nombre des pairs qui lui ont succédé.

Chaque enfant est un être singulier et individuel

L’adulte se doit de tenir compte de cette singularité. Il doit par exemple, accueillir les enfants souffrant de handicap et s’adapter à leurs particularités, sans les rejeter ou les cataloguer : il doit les intégrer.

L’adulte a un rôle primordial à jouer : il doit être attentif, à l’écoute, conscient de l’histoire et du vécu de chacun, ainsi que de ses caractéristiques et composantes. Il doit de ce fait être disponible et ouvert au dialogue, avec les enfants (ce qui peut impliquer d’avoir des temps dédiés à ce type de dialogue), mais aussi avec les parents (si on est dans le cadre d’une école alternative par exemple), qui sont généralement les mieux à mêmes d’en apprendre aux encadrants sur les enfants. Par ailleurs, les apprentissages doivent être organisés de façon à permettre à chacun d’exprimer sa personnalité, notamment par le biais d’exécution de projets personnels. L’enseignant veillera néanmoins aussi à ce que le groupe ne souffre pas de la mise en avant des individualités, mais au contraire s’en enrichisse. Et cela n’est pas bien compliqué, car en effet :

« L’enfant est un être social »

Il est ouvert et prédisposé, dès la naissance, à aller vers les autres. De nombreux travaux scientifiques postérieurs à Decroly, et d’ordres divers (qu’ils aient été menés par des psychologues, des neurologues, des pédiatres, voire même des gynécologues) s’accordent tous à affirmer ce fait. Par conséquent, les personnes autour de l’enfant doivent veiller à favoriser les échanges, ainsi que la coopération, entre enfants du même âge, comme entre enfants d’âges différents, comme entres enfants et adultes.

L’enfant évolue à son rythme

Chaque enfant, dans sa singularité, possède un rythme d’appréhension de la vie qui lui est propre, et qui doit être respecté. Il est alors nécessaire à l’adulte de s’adapter à ce rythme, et de lui permettre de vivre son libre cours. Les passages à vide, les erreurs, sont plus que tolérés, et sont précisément mis en exergue afin d’en tirer profit : c’est le principe d’un fameux adage qui circule sous diverses formes sur les réseaux sociaux de nos jours : « tu t’es trompé ? c’est formidable ! Quelle conclusion peux-tu en tirer ? » De ce fait, les écoles telles que Decroly les envisageait ne devaient avoir ni système de notation, ni système de comparaison/compétition/hiérarchie, et encore moins de conformation à l’autre. Pour lui, il n’y avait pas de situation d’échec, mais uniquement des situations d’apprentissage – là encore, le rôle de l’adulte accompagnant est primordial : c’est lui qui va guider l’enfant et lui permettre d’apprendre de son « erreur ».


Retrouvez School It Yourself sur instagram, facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *